Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 21:12

Ce texte a été traduit à partir d'un site hollandais, avec l' aimable autorisation de son initiateur, M. Fokke Beswerda.link 

 Son site est une vraie mine de renseignements, et avec un peu d'abnégation, on arrive à un résultat cohérent, grâce au traducteur qui figure sur sa page de présentation.

 

L’élevage des Loris n’est pas difficile si nous nous en tenons à certaines règles.

Certains éleveurs ne baguent pas les jeunes, de peur que les parents ne les éjectent du nid ou les abandonnent. Personnellement, je n’ai jamais constaté d’abandon des jeunes ou des œufs lors de contrôles du nid ou de baguage des jeunes. Je bague toujours mes jeunes loris avec une bague fermée, et ce sans problème, si ce n’est quelques morsures, car les parents défendent farouchement leur progéniture !

Pour tous les loris, il faut respecter certaines règles, afin de voir l’entreprise couronnée de succès : une nourriture adaptée, une volière et un nichoir corrects, et bien sûr des oiseaux en bonne forme générale. Si ces conditions ne sont pas remplies, la plupart des éleveurs auront du mal à voir des jeunes loris sur le perchoir !

Un nichoir doit être mis à la disposition des adultes tout au long de l’année : dans celui-ci, ils passeront la nuit, et bien entendu assureront leur descendance. Le nid en permanence est également justifié par le fait que certains loris peuvent reproduire tout au long de l’année.

 Une volière avec possibilité de chauffage est nécessaire, pour les variétés qui reproduisent durant les mois d’hiver. Etant donné que la femelle va quitter les œufs durant la couvaison, pour s’aérer et prendre un bain quotidien, il faut éviter que ceux-ci ne se refroidissent de trop.

   









 Nichoir vertical, avec fond interchangeable












L’idéal est d’accrocher un nid en façade, de manière à pouvoir le contrôler depuis l’extérieur de la volière. Un contrôle journalier les habitue à vous voir manipuler le nid ; ainsi ils ne seront pas inquiets lorsqu’ils auront des œufs ou des jeunes.  De cette manière vous n’aurez pas de problème lors des contrôles, et vous pourrez surveiller les oiseaux sans que ceux-ci ne s’en effarouchent.

Durant les trente dernières années, j’ai élevé beaucoup de  loris et constaté que le comportement des adultes change lorsqu’ils ont des œufs ou des jeunes. Ils n’hésitent pas alors à vous attaquer à coups de bec et de griffes (d’où l’intérêt de l’accès au nid depuis l’extérieur). Il est connu que les loris ont pour habitude de se défendre avec leurs griffes, ce que vous constaterez en voulant vous saisir d’un oiseau. Il essayera de se coucher sur le dos, et se défendra avec ses griffes qui sont puissantes, ainsi qu’avec son bec pointu, qu’il utilisera pour vous pincer. Mes loris rouges, par exemple, qui étaient apprivoisés, m’ont attaqué violemment dès qu’ils ont eu des jeunes, et que j’ai voulu manipuler ceux-ci.
Lorsque les jeunes ont pris leur indépendance, les parents sont redevenus affectueux comme auparavant.

 

N’hésitez pas à baguer les jeunes, je n’ai jamais vu de loris abandonner ou tuer leur progéniture après le baguage ! Je n’ai donc jamais noirci les bagues ou utilisé un quelconque procédé de dissimulation.

Mon opinion est même que ce n’est nécessaire chez aucun bec crochu. Ces oiseaux sont cavernicoles, et ne peuvent par conséquent pas voir les bagues dans l’obscurité des nids.

A mon avis, le loris qui abandonnent leurs jeunes sont plutôt sensibles à l’odeur de nos mains, par exemple. Je vous conseille de les laver  à l’eau claire, sans savon, avant de manipuler les jeunes. Ainsi les adultes ne sentiront pas d’odeur suspecte.

Pour l’élevage, je ne donne pas à mes loris de nourriture autre que celle qu’ils ont  l’habitude de consommer. Si celle-ci les amène à reproduire, alors elle pourra aussi être utilisée pour élever les jeunes !

Le fond du nid doit être garni d’une épaisse couche de copeaux de bois, surtout pas de sciure, car celle-ci collerait au bec, liée à la nourriture sucrée, et de ce fait risquerait d’étouffer les jeunes. Cette litière doit être régulièrement changée. Je mets au fond du nid un récipient de type Tupperware, de 12cm de haut, accessible depuis l’extérieur, qui peut très rapidement être changé par un récipient identique, mais propre !

Durant la couvaison, la femelle va prendre régulièrement un bain, ce qui évitera le dessèchement des œufs, et il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter à ce sujet, mais de surveiller les allées et venues de la femelle. Elle va quitter ses œufs, et ceci pourra durer entre 15  à 30 minutes ; c’est normal chez les loris, et je n’ai jamais eu de problème à ce sujet.

Toutefois, comme dit précédemment, il est important de garder les oiseaux en local chauffé durant l’hiver, afin d’éviter un refroidissement trop important des œufs.

 

Je suis somme toute d’avis que si vous respectez les quelques conseils ci-dessus, l’élevage des loris n’est pas plus difficile et n’engendre pas beaucoup plus de travail que pour d’autres types d’oiseaux. N’oubliez pas que la persévérance est toujours récompensée !

 

 

 

 



Nichoir en oblique, avec l'entrée en haut 

Partager cet article

Repost 0
Published by dan - dans oiseaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : loriquets d'Arfak
  • : élevage d'oiseaux de cage et volière, plus particulièrement les Loris
  • Contact

Recherche

Liens