Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 16:50



Le loriquet joli est un membre de la famille des Charmosyna, également appelés « loriquets à miel ».

    Il existe 5 sous-espèces de la famille des Charmosyna placentis :

    - Charmosyna placentis placentis

    - Charmosyna placentis intensior

    - Charmosyna placentis ornata

    - Charmosyna placentis subplacentis

    - Charmosyna placentis pallidior

 

Les sexes sont facilement identifiables. La forme nominale est à dominante verte. Le dessous du corps est d’un vert plus clair. Le mâle a également le front plus clair. La femelle a des couleurs identiques sur le dos. Les flancs rouges se voient seulement chez le mâle. Il a des joues rouges qui deviennent graduellement bleues, jusqu’à la nuque. La femelle n’a pas de joues rouges et bleues, mais des traits jaunes. Les deux sexes ont un croupion bleu. La taille de ce croupion indique les sous-espèces.

C.p.intensior a une tache plus petite et plus foncée.

C.p.ornata a une tache plus grande.

C.p.subplacentis et C.p. palliadior n’en ont pas.

Toutes les espèces ont un dessous de queue rouge. Le bec est rouge, tout comme les pattes. L’intensité de la couleur dépend de la nourriture absorbée.

Leur taille est de 17cm environ.

 

Ce sont des oiseaux agréables. Ils n’ont pas besoin de trop de place. Une cage de 1 m x 0,5 x 0,5 suffit pour obtenir des résultats d’élevage.

C’est un oiseau calme, mais il peur devenir agressif avec d’autres oiseaux dans un espace trop restreint.

Dans une grande volière, il est possible de loger 2 ou plusieurs couples. La température ne doit pas être trop basse (15-20°C).

Si vous voulez former un couple, il est très important de déterminer les sous-espèces. Souvent les différences sont minimes et très difficiles à distinguer.

C’est pourquoi il est nécessaire de voir le couple d’élevage, lors d’un achat de jeunes.

C’est également une bonne idée, lorsque vous achetez un couple plus vieux, que de regarder la couleur du bec et des pattes. Il est bien connu que les membres de la famille des Charmosyna peuvent souffrir d’une maladie décrite comme « gros ventre ». Souvent cela ne dérange pas l’oiseau, mais il n’a pas une très bonne apparence et n’est pas très actif. La maladie est indiquée par la décoloration du bec, qui devient pâle. A ce stade, vous pouvez facilement voir le gros ventre.

Les oiseaux importés récemment ont souvent pattes et bec plus clairs, donc regarder le ventre peut vous indiquer que les oiseaux ne souffrent pas de cette maladie.

En dépit de cette allure, l’oiseau peut devenir vieux et continuer à reproduire.

Dans la nature, les loriquets jolis se nourrissent de nectar, de pollen, de fruits mûrs, mais également d’insectes, feuilles, branches.

Lors de l’absorption de pollen, nectar, jus et pulpe de fruits, leur langue, longue et fine, se met en action.

La nourriture reste accrochée entre les nombreuses papilles de la langue. Elle est ensuite absorbée par pression contre le bec, et avalée. L’eau est également bue de la même manière.

Les baies  sont mangées à la manière des perroquets, les mandibules supérieure et inférieure coupant et décortiquant.

Les insectes sont débarrassés de leur enveloppe de chitine.

Donner une nourriture adaptée aux loriquets n’est pas simple.

Pour les nourrir correctement, il faut leur donner une préparation pour loris.

La base est composée de yaourts, de sucre( fructose), de miel, d’aliments pour bébés, d’œufs et de riz cuits, mélangé avec du pollen et des vitamines, de l’eau tiède, le tout mixé pour obtenir une bouillie.

Comme la plupart des composantes de cette nourriture se gâtent très vite, il faut  la leur distribuer deux fois par jour, dans des gamelles propres.

Depuis quelque temps, on peut trouver des aliments complets tels que Nekton Lori, et lorinektar, qui simplifient le travail.

Ils sont à diluer dans de l’eau froide, et sont si stables qu’ils sont consommables toute la journée.

En complément, de petits morceaux de fruits, des raisins secs  des baies et des insectes.

 

On trouve des loriquets jolis en Europe depuis 1978, et un an plus tard, des réussites d’élevage.

Ils peuvent se contenter d’une cage de 1,20m x 0,80m x 0,60m. Cependant, ils se sentiront mieux en petite volière, avec davantage d’espace pour voler.

Ils ne sont à mettre en volière extérieure qu’en saison chaude, avec possibilité d’abri intérieur.

La femelle pond 2 œufs dans un nid (type perruches ondulées), qui sont couvés durant 23 jours.

A la naissance, les petits ont un duvet blanc, qui grisonne avant la pousse des plumes.

Ils quittent le nid vers 60 jours, et sont encore nourris par les parents durant 3 à 4 semaines avant d’être sevrés.

Ils sont capables de reproduire à l’âge d’un an, mais il vaut mieux attendre qu’ils aient deux ans.

 

Le loriquet joli est un oiseau à déconseiller aux éleveurs qui débutent avec les loris. Ces oiseaux nécessitent beaucoup de soins et une nourriture adaptée.



 

Partager cet article

Repost 0
Published by dan - dans oiseaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : loriquets d'Arfak
  • : élevage d'oiseaux de cage et volière, plus particulièrement les Loris
  • Contact

Recherche

Liens