Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 20:45

  

               

 

 

 

 Le loriquet Iris

 

 







Origine : Timor et Wettar

Taille : 20cm

Poids : 60/70g

Bague : 5mm


Article traduit d'après le site de M. Fokke Beswerda, avec son aimable autorisation link 

 

Description :

 

De couleur vert clair, poitrine écaillée de vert foncé, dos, ailes, tête vert foncé, front rouge, tâches bleues violettes sur les joues, le bec est rouge orangé, autour du bec quelques petites tâches rouges, le bas-ventre est jaunâtre, et les pattes sont grises.

Ces magnifiques petits loris existent dans la nature en trois sous-espèces, difficiles à distinguer entre elles.

Trichoglossus iris iris, se trouve sur la partie occidentale de Timor.

Trichoglossus iris wetterensis, sur l’île de Wettar.

Trichoglossus iris rubripuleum, sur la côte orientale de Timor.

 

Elevage du loriquet Iris

C’est un oiseau toujours rare en activité. Cependant, je suis l’heureux possesseur de ces oiseaux magnifiques depuis plus de 20 ans.

Mais comme on trouvait peu de littérature les concernant, je ne savais pas, au début, si j’avais deux oiseaux de sexe différent.

D’après FORSHAW, dans « Parrots of the World », les femelles ont des iris de couleur brune, et les mâles de couleur rouge orange.

Il n’y avait aucune différence chez mes deux oiseaux, car ils avaient tous deux des iris rouge orangés, et comme ils ne se rapprochaient pas, j’en ai conclu que j’avais deux mâles.

Après un an et demi de recherches, j’ai pu contacter un éleveur en Nouvelle Zélande qui était en possession d’un loriquet iris femelle.

Après beaucoup d’insistance, j’ai réussi à acquérir cet oiseau. Ayant mis les trois oiseaux dans une volière commune, je n’ai constaté aucune différence, aussi bien dans la couleur du corps que celle des iris, si bien que je pensais avoir maintenant trois mâles !

Cependant, comme ces oiseaux étaient pour moi les plus attractifs de ma collection, je n’ai pas songé à les vendre. J’ai essayé de trouver d’autres exemplaires, sans succès.

Les trois oiseaux étaient logés dans une petite volière de 1m de profondeur, 1m de large, et 1,80m  de haut, avec un nid ayant une base de 20 x 20cm, et 28cm de haut, dans lequel ils ont passé la nuit, dès le début de leur séjour.

Ils ont passé plusieurs mois dans cette volière, sans manifester un intérêt quelconque  pour l’accouplement.

Je ne les ai jamais vu se faire de câlins comme les autres loris, aucun penchant de couple n’était manifeste.

Comme je pensais qu’il s’agissait de trois mâles, je ne contrôlais pas le nid, chose que je faisais quotidiennement chez mes autres couples. Lorsqu’un jour j’ai vu les trois oiseaux sortir du nid, je me suis décidé à y jeter un coup d’œil.

A mon grand étonnement, s’y trouvaient deux œufs, qui s’avéraient fécondés, après un examen approfondi. Les oeufs ont éclos, sans que je puisse savoir quelle était la durée de la couvaison.

Les jeunes étaient nourris par les trois parents, ce qui était particulièrement clair une fois que les petits étaient sortis du nid ! C’étaient donc les jeunes d’un trio !

Maintenant que je suis sûr d’avoir au moins une femelle, je ne sais toujours pas qui sont les parents ! J’étais persuadé d’avoir deux mâles en ma possession.

Mais ceci également fut remis en question, car lorsque les deux jeunes sont sortis du nid, approximativement au bout de deux mois, se trouvaient quatre œufs dans le nid !

Comme pour moi les loris ne pondaient que deux œufs, je me suis dit que deux femelles avaient pondu !

Cela semblait évident, car lorsque j’ai testé l’écartement des os pelviens, deux des oiseaux avaient un écartement de plus d’un cm, alors que chez le troisième, on ne sentait rien, donc ce devait être un mâle !

Des quatre œufs ont éclos trois jeunes, le quatrième oeuf avait été endommagé, sans doute parce que les deux femelles couvaient en même temps.

Ces trois jeunes ont été élevés de manière exemplaire par les trois parents, de sorte que je me retrouvais être l’heureux et sans doute unique possesseur au Pays-Bas, de huit loriquets Iris !

Par la suite, j’ai pu me procurer deux exemplaires en Allemagne, en pratiquant l’échange, afin d’apporter du sang neuf et d’avoir une souche non consanguine.

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dan - dans oiseaux
commenter cet article

commentaires

Michel 18/02/2010 01:46


Et dire qu'ici ils sont en liberté et se multiplient sans problèmes... Voir ma vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=cCgk-sXYYVY


Présentation

  • : loriquets d'Arfak
  • : élevage d'oiseaux de cage et volière, plus particulièrement les Loris
  • Contact

Recherche

Liens